A la Une

Mobile Money: La Beac se décide enfin d’interdire les transferts hors-Cemac

Les opérateurs de téléphonie mobile Mtn et Orange ne seront plus autorisés à effectuer ces opérations.

Fera, fera pas ? Abbas Tolli a vraisemblablement eu beaucoup de mal à se décider dans l’Affaire du Mobile Money, dont la marge de progression avait fait sortir de leurs gongs les banquiers, même les plus importants du pays. Dans une note rapportée par le site Internet Ticmag, le gouverneur de la Beac demande aux banques de «cesser toute opération de transfert de fonds à l’international dans le cadre des activités de monnaie électronique, par le canal de vos partenaires techniques ». Pour Abbas Mahamat Tolli, «les partenaires, opérateurs de téléphonie mobile, en assureraient la gestion et procéderaient à des transferts à l’international. De telles actions constitueraient alors une violation grave de l’esprit et de la lettre de la réglementation régissant non seulement l’activité d’émission de la monnaie électronique, mais aussi la réglementation des changes ».

Cette sortie vient donc mettre fin à trois mois de tergiversation du gouverneur de la Beac. Lui qui, ces derniers mois, s’était montré tour à tour pour le développement des transferts hors Cemac, puis contre leur progression. En mars dernier, lors de son premier rendez-vous avec la presse comme gouverneur de la Beac (à l’issue du CPM), il avait installé le doute sur sa position. « Nos textes actuellement ne permettent pas que de telles opérations se fassent…L’autorisation qu’accorde la banque centrale c’est sur les transferts qui se font en zone Cemac. Logiquement, ce sont les banques qui se chargent de transférer hors de la zone », avait-il réagi. Expliquant que « vous avez des gens aujourd’hui, en particulier les opérateurs de téléphonie mobile qui, sans en avoir l’autorisation, ou plutôt toutes les contraintes auxquelles sont soumises les banques, qui font exactement l’activité des banques ».

Une position apparemment opposée aux transferts hors-communauté, qu’il avait par la suite équilibré. En promettant que « La banque centrale a engagé une réflexion globale avec la Commission bancaire. L’objectif est de voir, de revisiter la réglementation communautaire en matière d’innovations technologiques, (mais aussi) d’évaluer le dispositif actuel et les innovations éventuelles que nous pouvons apporter de façon à renforcer de manière à tenir compte de ces éléments qui sont liés à l’innovation pour que le contrôle soit étendu au fur et à mesure que les pratiques et les mœurs évoluent », a-t-il poursuivi.

Si Abbas Mahamat Tolli a finalement décidé d’interdire, c’est peut-être pour sauver l’activité des banques, exposées à une importante crise de trésorerie.

Frégist Bertrand Tchouta

 

 

Rate this item
(0 votes)

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

La Griffe d'abou

  • La griffe d'abou du 20/06/2017
    La griffe d'abou du 20/06/2017
  • La griffe d'abou du 19/06/2017
    La griffe d'abou du 19/06/2017
  • La griffe d'abou du 18/06/2017
    La griffe d'abou du 18/06/2017
Go to top