Cavaye Yéguié Djibril: Le PAN va-t-en-guerre

Au cours de la session de juin, le Président de la chambre Basse du parlement s’est fait remarquer par plusieurs sorties. Le retour de Joseph Wirba, le dress Code des députés et les réseaux sociaux.

La réputation du Président de l’Assemblée nationale depuis 1992 n’est plus à refaire. Cavaye Yéguié Djibril a toujours su imposer sa vision à la Représentation nationale. Cette session n’a donc pas été différente des précédentes, exception faite des sujets de discorde. Au rang de ces derniers, la situation du député de Bui dans la région du Nord-ouest, Joseph Wirba. Le retour de ce dernier dans l’enceinte de l’Assemblée nationale le 21 juin dernier a provoqué un incident mémorable. En effet, le député Sdf et le Président de l’Assemblée nationale ont eu un accrochage sur la question de la crise anglophone et le soutien de la Chambre Basse du Parlement au député de Bui. Ce se disant à la disposition des autorités, accusant le Pan de ne pas avoir levé le petit doigt pour venir à son secours durant ses mois de cabale et réclamant le droit de s’exprimer. Le Pan quant à lui s’était évertué à renvoyer à sa place le député, l’accusant d’ingratitude.

 

L’art du Dress Code selon Cavaye

 

Un autre incident qui n’est pas passé inaperçu est le musèlement des députés Fusi Naamekong du Sdf et Martin Oyono du Rdpc, en raison de leur tenue vestimentaire. On se souvient en effet, que le Président de l’Assemblée nationale n’avait pas apprécié les vêtements revêtus par ses homologues. Qualifiant celui du député du Parti de la Balance de Tricot.  Le Pan leur avait dès lors refusé l’accès à la tribune pour leurs questions à l’adresse du ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation (Minatd) René Emmanuel Sadi. Un refus qui avait été mal pris par les députés rabroués. Fusi Naamekong déclarant notamment que Cavaye Yéguié Djibril connaissait la substance de ses questions et avait voulu l’empêcher de les poser.

 

Les réseaux sociaux : pas si mauvais que ca

 

Alors que la session de Juin s’achevait ce vendredi 07 juillet 2017, le Pan est resté fidèle à lui-même. Ou presque. Dans son discours de clôture, le Président de l’Assemblée nationale est revenu sur la place des réseaux sociaux dans la société camerounaise. Déclarant  à la stupeur de certains : « que l’on se comprenne bien. Nous reconnaissons aujourd’hui l’importance de cet outil des temps modernes. Soutenus par le numérique, les réseaux sociaux constituent une plateforme d’échanges  et de partage de l’information ainsi que du savoir. Ils sont désormais au centre de la relation humaine. Mais ce que nous redoutons est l’usage que certains en font ».   Un discours différent de celui tenu à en novembre dernier. Le Pan affirmait en effet « : Comment ne pas évoquer pour le déplorer, cette nouvelle forme de terrorisme, tout aussi insidieuse (ndlr parallèle entre Boko Haram et les réseaux sociaux), qui ces derniers temps écume le cyberespace, je veux parler du phénomène des réseaux sociaux. Voilà que les réseaux sociaux sont devenus une arme vouée à la désinformation pire encore à l’intoxication  et à la manipulation des consciences semant ainsi la psychose au sein de l’opinion. Un phénomène social désormais aussi dangereux qu’un missile lâché dans la nature ».

B.C. M

 

 

Rate this item
(0 votes)

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Restez Connecté

Les Reactions

La Griffe d'abou

  • La griffe d'abou du 20/06/2017
    La griffe d'abou du 20/06/2017
  • La griffe d'abou du 19/06/2017
    La griffe d'abou du 19/06/2017
  • La griffe d'abou du 18/06/2017
    La griffe d'abou du 18/06/2017
Go to top